DIOCESE DE KPALIME
BON ET SAINT TEMPS DE CAREME À VOUS TOUS. THÈME DE L ANNÉE PASTORALE: "NOUS SOMMES LE PEUPLE QU'IL CONDUIT DE SA MAIN. MARCHONS À LA SUITE DU CHRIST ". Visitez notre page facebook "diocèse de Kpalimé". Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2018-2019
Nous sommes le peuple que sa main conduit. Marchons à la suite du Christ
PRIÈRE POUR LE JUBILÉ D’ARGENT DU DIOCÈSE DE KPALIMÉ
Dieu notre Père, nous te rendons grâce et nous te bénissons pour notre Église diocésaine, ta sainte famille que tu as rassemblée chez nous à Kpalimé, voici 25 ans.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
DECISIONS-NOMINATIONS 2018 - DIOCESE DE KPALIME

NOMINATIONS
2017-2018
ANNUAIRE DIOCESAIN 2017-2018
Actualités : HOMELIE DU 5ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – ANNEE C / RP AKOTIA GEORGES

Chère lectrice,
Cher lecteur,

Depuis le 3ème dimanche du Temps Ordinaire l’Eglise, notre Mère, nous mettait comme thème central au cœur de la Liturgie de la Parole, Parole de Dieu elle-même. Il s’agit de l’importance de cette Parole de Dieu et la nécessité qu’elle puisse atteindre tous les confins de la terre.
Le troisième dimanche, nous avions vécu la solennelle célébration de la Parole avec le scribe Esdras et le peuple d’Israël dans le livre de Néhémie, d’une part et la sagesse de l’Evangéliste Luc qui, ne voulant pas être du reste, a décidé lui aussi de composer un récit des évènements qui se sont accomplis parmi eux concernant le Christ, d’autre part. La célébration de la Parole présidée par Esdras, Néhémie et les Lévites consistait en la lecture du livre de la Loi, en la proclamation des louanges de Dieu et en sa glorification suivie de l’assentiment et de l’accueil de la Parole de la part de peuple : « Amen ! Amen ! », proclamait le peuple. Oui, il faut que la Parole de Dieu qui illumine, qui libère, qui donne vie, parvienne à tous les hommes et qu’elle soit accueillie par ceux-ci.
Le quatrième dimanche, nous avions contemplé la vocation de Jérémie institué prophète pour les peuples dès le sein de sa mère, d’une part et la prédication apparemment non fructueuse de Jésus dans la synagogue de sa patrie, Nazareth, d’autre part.
La première lecture de ce dimanche, le cinquième, nous présente la solennelle purification d’Isaïe en vue de son institution comme prophète : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné » (Is 6, 7). Oui, Dans sa grande majesté, Dieu a préparé Isaïe à répondre favorablement à son appel, à devenir son envoyé. « Moi, je serai ton messager : envoie-moi », a-t-il répondu à la question du Seigneur : « qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? » Devant cette grande majesté de Dieu, Isaïe a reconnu sa petitesse, sa misère, son indignité, son être de pécheur : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures ; et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l’univers » (Is 6, 5).
Frères et sœurs, Dieu n’a pas besoin nécessairement des Saints, des rois, des princes, des intellectuels, des nobles, des riches,…pour être des instruments de son message d’amour. Il choisit qui il veut.
C’est dans cette perspective que Jésus, dans l’exercice de sa mission en tant que l’Envoyé du Père, dans la page de l’Evangile de ce dimanche, a choisi au bord du lac de Génésareth certains hommes, des pêcheurs de profession qui, à leur tour deviendront les envoyés de Jésus, les serviteurs de la Parole de Dieu. Il s’agit de Simon, Jacques et Jean, fils de Zébédée. En effet, le premier acte que Jésus posa en arrivant au bord de ce lac où la foule se pressait autour de lui pour écouter la Parole de Dieu était de monter et de s’assoir dans l’une des barques qui se trouvaient là pour enseigner cette foule assoiffée de l’eau vive, affamée de la nourriture spirituelle, la Parole de Dieu. Oui, Jésus les aurait trouvés comme des brebis sans bergers. Oui, notre monde aujourd’hui, bien que envahi par beaucoup de choses éphémères et idéologies variées, est toujours assoiffé et affamé d’une vraie eau et d’une vraie nourriture que rien et nul au monde ne peut remplacer : La Parole de Dieu. Au même moment où Jésus enseignait la foule, il sut que les pauvres pêcheurs aussi avaient peiné toute la nuit sans rien prendre et mu de compassion pour eux demanda à Simon « d’avancer au large et de jeter les filets pour prendre du poisson » à un moment très peu propice pour la pêche. Simon aurait pu lui dire : « Toi, tu ne comprends rien. Nous n’avons rien pris de nuit, le moment le plus adapté pour la pêche, et c’est de jour que nous prendrions des poissons ? » Mais non, il a aveuglement obéi et le résultat était spectaculaire : Les barques remplies de poissons s’enfonçaient. Ils virent ce que nous appelons communément la pêche miraculeuse. Oui, c’est la foi qui produit le miracle et non le contraire. N’était-ce pas là une stratégie de Jésus pour pouvoir pêcher Simon lui-même et ses compagnons ? Certainement, oui ! La foi de Simon a produit le miracle et le miracle a permis la sequela Christi en celui-ci et ses compagnons : « Alors ils ramèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent » (Lc 5, 11). C’est curieux, ils abandonnèrent même ce pour quoi ils ont peiné tout la nuit, cette grande quantité de poissons, pour suivre Jésus. Oui, ils ont trouvé mieux : suivre Jésus ! Ils vont changer de métier : de pécheurs-pêcheurs de poissons, ils deviendront des pêcheurs d’hommes. A l’instar d’Isaïe pécheur constitué prophète par Dieu dans la première lecture, Simon et ses compagnons aussi sont associés par Jésus à l’annonce de la Parole de Dieu. Ils n’étaient ni intellectuels, ni riches, ni saints, ni rois, ni princes, ni prophètes, ni fils de prophètes,… mais Jésus les a appelés. Ils étaient des hommes choisis du milieu des hommes. Nos pasteurs ne sont pas des « supermen ». Les voies de Dieu sont insondables.
Bien aimés du Seigneur, par le baptême, nous sommes aussi appelés par le Seigneur, quel que soit notre état de vie, quel que soit notre rang social, quel que soit notre situation économique, à faire connaitre l’amour de Dieu aux hommes de notre temps. Cet amour qui a culminé dans le sacrifice de son Fils Unique à Golgotha.
Chers frères et sœurs en Christ, « le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Ecritures, et il a été mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Ecritures, et est apparu à Pierre, puis aux Douze » (1Co 15, 3-5). Voilà la Bonne nouvelle que l’Apôtre Saint Paul nous transmet dans la deuxième lecture de ce dimanche et que nous devons aussi transmettre parce qu’elle est le gage du salut. Sûrs de ce grand amour de Dieu pour nous, nous ne pouvons pas ne pas aimer nos frères comme Jésus nous l’a recommandé : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jn 15, 12).
Que le Seigneur nous ouvre à l’intelligence des Ecritures pour que nous puissions accueillir sa Parole, nous laisser toucher, transformer et guider par celle-ci et manifester à nos frères que nous sommes à la suite du Christ, étant le peuple que la main de Dieu conduit, un peuple de prêtres, de rois et de prophètes. Amen !

Date de publication: 2019-02-09 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé

«POUR l'AMOUR DE MA PATRIE»
MESSAGE DES ÉVÊQUES DU TOGO NOVEMBRE 2018
MEDITATION DE LA SEMAINE

MEDITATION DE MGR BENOIT ALOWONOU POUR LA 2ème SEMAINE DU CAREME – ANNEE C : « Voir la gloire de Dieu » ; « Seigneur, fais-moi voir ta gloire »

Voir la gloire de Dieu, voir

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2019 Diocèse de Kpalimé