DIOCESE DE KPALIME
VOUS POUVEZ TELECHARGER LA DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES DU TOGO EN FAVEUR DES REFORMES sur notre site. THEME DE L'ANNEE PASTORALE :"EGLISE DE KPALIME, BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST THEME DE L'ANNEE PASTORALE :EGLISE DE KPALIME, BRILLE DE LA LUMIERE DU CHRIST ET SOIS TEMOIN DE SA MISERICORDE "SOYONS RESPONSABLES DANS LA JUSTICE ET LA VERITE, LETTRE PASTORALE DE LA CET TELECHARGEABLE SUR NOTRE SITE". Visitez notre page facebook "diocese de Kpalimé" POUR ETRE AU COURANT DES EVENEMENTS DE VOTRE DIOCESE.Mgr ALOWONOU Souhaite une fructueuse année pastorale à tous les ouvriers de la moisson dans le Diocèse de Kpalimé.
FAISONS UN DON POUR HATER L'AVENEMENT DU SANCTUAIRE DE NOTRE DAME DE LA CONFIANCE DANS NOTRE DIOCESE
1 BANC = 28 000 FCFA SOIT 45 EUROS
SANCTUAIRE MARIAL
Prière pour l'avènement du Sanctuaire de Notre Dame de la confiance dans notre Diocèse.
♫ CHANT THÈME DE L'ANNÉE PASTORALE 2016-2017
Eglise de Kpalimé, brille de la lumière du Christ et sois témoin de sa miséricorde.
Wó Ha Kpalimé to, klé tso Kristo mè éyé nyé éfé nublanukpokpo fe dasedila.
2 Paroles(éwé&Français) et musique:
Père Dotse Marius

NOMINATIONS
2017-2018
NOMINATIONS
2016-2017
cliquez ici
GALERIE
Suivez nos grands événements en images dans notre galerie
Actualités : HOMELIE DE MGR BENOIT ALOWONOU A L'OCCASION DE LA MESSE D'ACTION DE GRACE DE MGR CELESTIN-MARIE GAOUA A WAHALA, SON VILLAGE NATAL
DÉCLARATION DE LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES DU TOGO EN FAVEUR DES REFORMES

Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers …. Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Frères et Sœurs,
Cette parole de l'évangile ne nous est pas inconnue. C’est une parole prononcée par Jean Baptiste, l'enfant d'Elisabeth, l’enfant qui a sauté de joie dans le sein de sa mère à l'approche de Jésus qui était, lui aussi, dans le sein de la Vierge Marie. Avant que Jean Baptiste ne vienne au monde, Jésus lui a indiqué le chemin de la joie, la joie de celui qui rencontre le Seigneur. Cet enfant, Jean Batiste, à son tour nous invite à préparer pour Jésus, le chemin de sa venue. C'est tout le message du temps liturgique de l'Avent. En effet, le temps de l’Avent nous prépare de façon particulière à accueillir l’avènement du Fils de Dieu, lui qui est venu, lui qui vient, lui qui est déjà avec nous, l’Emmanuel. Mais pourquoi le chercher, puisqu’il est déjà venu et qu’il demeure avec nous ? Nous cherchons et nous attendons le Seigneur, car la recherche de Dieu, le désir de Dieu, la soif de Dieu demeure en nous un désir permanent, une soif permanente. Il est « comme un grand vide, une blessure », un grand vide qui attend d’être comblé, une blessure qui attend d'être guérie tant que nous cheminons sur cette terre, dans notre chair qui ne peut voir Dieu. Le temps de l’Avent est le temps du long désir que Dieu a mis dans le cœur de l’homme et que lui seul peut combler. Mais ce désir du cœur de l’homme, ce cri du cœur de l’homme qui est sans repos, selon St Augustin, le psalmiste l’a repris en disant : « c’est ta face que je cherche, mon Dieu, ne me cache pas ta face ». Et, lorsque les temps furent accomplis, Dieu a exaucé ce désir lorsqu’il nous a montré son visage en Jésus-Christ, son Fils, son Unique. « Celui qui m’a vu, a vu le Père ». Et pourtant, nous le cherchons encore, encore et encore, nous dirons durant ces quatre semaines : « Viens Jésus, ô Viens Emmanuel ». Nous redirons durant toute l’année liturgique, à chaque Eucharistie, « Seigneur, nous proclamons ta mort, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire ». Jean-Baptiste a appelé le peuple à préparer le chemin du Seigneur, Il a annoncé Celui qui vient baptiser dans l’Esprit Saint et le feu. « Il tient dans sa main la pelle à vanner, dit-il ; il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. », proclame le Précurseur.
Frères et Sœurs,
Nous cherchons Celui qui est déjà venu et qui vient encore. Dans l’appel de Jean-Baptiste sur les bords du Jourdain, la venue du Seigneur est annoncée comme une expérience intime, une rencontre intérieure. Il dit que: moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Être baptisé dans l’Esprit Saint et le feu, c’est être revêtu de la puissance de Dieu qui agit en chacun de nous, et nous rends ardents à le connaître, ardents à faire le bien, ardent à aimer, ardents à suivre le Christ en toute chose. Le temps de l’Avent est le temps où nous nous rappelons que la venue du Seigneur est l’accueil de sa lumière, la lumière intérieure qui éclaire nos ténèbres et nous montre le Royaume qui s’ébauche au milieu de nous, la terre nouvelle et les cieux nouveaux où la justice habitera…. « Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte. Montagne où le loup habitera avec l'agneau, le loup se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble. Le petit enfant s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main, dit le Seigneur par la bouche du prophète Isaïe, car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer ».
Le Seigneur que nous attendons est un feu dévorant qui vient purifier. Et il n’y a pas de purification douce, ni agréable. Toute purification est une épreuve. C’est pourquoi l’appel à la conversion rejoint l’appel à rester en éveil dans la prière pour ne pas entrer en tentation, la tentation du doute. Appel à ne pas manquer l’heure de la venue du Seigneur, ni l’huile de nos lampes (comme les 5 vierges insensées), appel à ne pas passer à côté de lui sans le reconnaître (j'avais faim vous ne m'avez pas donné à manger). L’appel à la conversion proclamé par Jean Baptiste et repris par l’Eglise, est un appel à produire du fruit, un fruit digne de la conversion, un appel à la sanctification sans laquelle nul ne peut voir Dieu. Car « tout arbre qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu », prévient Jean baptiste. Mais sur ce chemin, nous ne sommes pas seuls, le Seigneur lui-même est au cœur de nos combats, il est l’auteur de notre foi, et il nous baptise dans l’Esprit Saint. En ce 2e dimanche du temps de l’Avent, nous accueillons avec joie notre frère, Mgr Célestin-Marie GAOUA qui revient à Wahala pour célébrer l’action de grâce par excellence. Mon cher Frère Célestin, vous voici à Wahala, la ville de votre naissance, la ville de vos premiers sacrements. C'est ici dans la petite église, qu'un jour du mois de mai en 1957, vous avez été plongé dans l'eau baptismale pour renaître à la vie nouvelle en Jésus Christ. Vous étiez âgé de 29 jours. C'est à Wahala le village dont le nom signifie la souffrance, que vous avez eu la joie de recevoir, pour la première fois le Corps du Christ; c'était le 30 mai 1965 toujours dans la petite église. Si les murs de cette église pouvaient être "un album photos", ils nous feraient voir le petit Célestin que vous étiez. Nous dirions alors, avec le prophète Isaïe « Depuis le ventre maternel, l’Esprit du Seigneur est sur moi et m’a choisi » : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. Monseigneur Célestin-Marie GAOUA, vous voici à Wahala avec la dignité de la plénitude du sacerdoce, la dignité des successeurs des Apôtres, pur don de l'amour de Dieu pour son Eglise universelle. Laissez moi vous présenter à votre village puisque j’ai le bonheur de vous recevoir aujourd’hui en ce lieu.
Vos parents sont de Siou, village situé dans le diocèse de Kara. Vous êtes né à Wahala, et vous avez été envoyé au séminaire par la paroisse de Wahala qui aujourd'hui se trouve dans le diocèse de Kpalimé. Vous avez été ordonné prêtre pour le diocèse d'Atakpamé à Atakpamé. Le pape François vous a nommé évêque de SOKODE et vous avez reçu l’ordination épiscopale à Sokodé le 5 mars 2016.
Monseigneur, vous êtes à la fois fils du diocèse de Kara par vos parents, fils du diocèse de Kpalimé par votre naissance et par la paroisse d'origine. Vous êtes Prêtre du diocèse d'Atakpamé évêque du diocèse de Sokodé par la nomination du pape François.
A la création du grand séminaire saint Benoît de TCHITCHAO, c'est vous que la CET avait nommé comme premier Recteur pour former les premiers pas des jeunes togolais de tous les 7 diocèses du Togo qui ont senti l'appel du Seigneur. À ce titre vous avez parcouru d'une manière ou autre tous les diocèses du Togo et parlé avec tous les évêques de notre pays. Cher Monseigneur GOUA. Lors de la dernière session ordinaire à Atakpamé, vous avez été reçu par les prêtres de ce diocèse. Dans votre homélie à la messe d'accueil, vous avez dit que 7 évêques vous ont marqué dans ton cheminement de prêtres : Mgr ATAKPA, Mgr Talakena, Mgr Kouto, Mgr Kpodzro, Mgr DJOLIBA, Mgr RAFFIN et Mgr Alowonou.
Vous m’avez fait l’honneur de me citer parmi ceux qui ont marqué une partie de ta vie de prêtre, vous avez dit que je vous avais appris comment attendre dans la prière la nomination et l'arrivée d'un nouvel évêque. Je voudrais vous dire aujourd'hui que vous aussi, vous m’avez appris comment attendre un prêtre quand on arrive sur une terre étrangère. En effet, vous avez marqué mes premières heures de prêtre étudiant à Metz. Vous avez été le premier prêtre africain que j'ai vu en Europe. Je venais d'arriver à Metz. Vous y étiez déjà comme prêtre étudiant. Dés que vous avez appris mon arrivée, vous êtes venu me rendre visite dans ces moments de grand flottement. Je me rappelle bien ce que vous m’aviez donné comme conseil d'un initié à un néophyte. ...........Merci.
Excellence,
Aujourd'hui tous les diocèses du Togo ont des prêtres étudiants à Metz et ils sont bien appréciés. Vous êtes le premier prêtre togolais à être allé à Metz comme prêtre étudiant, celui qui a ouvert la voie aux prêtres togolais grâce à votre implication personnelle auprès de Mgr Raffin, évêque émérite de Metz. Et maintenant, comme évêque, vous goûterez la joie et les joyeuses difficultés que rencontrent les évêques qui envoient des prêtres en Europe ou ailleurs.
En ce jour d'action de grâce à Wahala, nous vous disons, notre communion de prière pour votre ministère épiscopal, ses défis, ses joies et ses difficultés, et vous souhaitons un saint et fructueux épiscopat. Que Notre Dame de l'Assomption, la Patronne de la paroisse de Wahala vous guide et vous protège. Amen !

 

Date de publication: 2016-12-10 00:00:00 Version Imprimable
L'EVEQUE
Mgr ALOWONOU Benoît
Evêque de Kpalimé



MEDITATION DE LA SEMAINE

LA GRACE ET LA NATURE
Ce texte n’est pas un cours thématique sur la grâce, ni une reprise de grandes controverses théologiques advenues entre les augustiniens, les thomistes

::.La suite

HOMELIES ET TEXTES DE MGR
NOUVELLE FORMULE DU "PATER NOSTER" EN EWE
"
NOS LIENS
CATECHESE DU PAPE JEAN PAUL II
SUR LE PRETRE
| Administration | | Nous écrire | Webmail
© 2009-2017 Diocèse de Kpalimé
Design by Père Albert Komlan Gblokpor | email: admin@diocesedekpalime.tg